Les techniques de congélations embryonnaires existent depuis 1985. L’apparition de médicaments bloquants l’ovulation a permis la réalisation de stimulations pluri folliculaires et d’obtenir plus d’embryons qu’il n’est raisonnable de transférer.

La congélation permet de conserver ces embryons pour les transférer secondairement, en cas d’échec du transfert d’embryon frais ou en cas de désir d’une deuxième grossesse.

Cette technique permet donc d’augmenter les chances de grossesse par cycle de FIV et de limiter le risque de grossesses multiples.

Il existe deux techniques de congélation.

La technique de congélation lente.

La vitrification. Cette nouvelle technique de congélation rapide donne de meilleurs résultats et permet de congeler les embryons au stade blastocyste avec des chances de grossesse équivalent à celles données après transfert de blastocystes frais.

Cette technique permet d’envisager le transfert des embryons un par un, sans perte de chance pour le couple, et ainsi de diminuer le pourcentage de grossesse gémellaire et ses complications.

Le transfert se fait majoritairement dans notre centre lors d’un cycle de stimulation douce. Il peut également se faire lors d’un cycle naturel ou substitué.

La conservation des embryons se fait au laboratoire.

Les embryons sont la propriété du couple. Leur transfert ou leur destruction résulte d’un accord commun.

 

Le devenir des enfants conçus après transfert d’embryons congelés est identique à celui des autres enfants. L’ensemble des travaux ne montre pas d’augmentation importante du taux de malformations congénitales et leur développement ultérieur est identique à celui des enfants conçus naturellement.

 

RESULTATS

2009-2012 :   1216 TEC

—20% de grossesse , 16% d’accouchements

—dont 5 % de grossesses gémellaires